Le franponais à Tokyo

franponais

Ce que j’aime lors de mes balades à Tokyo, c’est la mixité des décors, ce grouillement de détails charmants mais incongrus, qui vous poussent chaque jour à rassasier votre curiosité. Toujours la même impression de se balader dans un décor de cinéma géant. A chaque croisement, nouveau décor, nouvelle ambiance. On passe de Blade Runner dans le quartier de Shinjuku à des tons plus proche des films d’Ozu dans le quartier d’Asakusa.

Pas question de baisser la tête à Tokyo, tous les trésors se trouvent au dessus de vous. C’est ainsi que la majorité des ressortissants francophones font connaissance avec la magie du franponais. Un émerveillement de tous les jours dont on ne se lasse pas même après plusieurs années de vie au Japon. Partir à la chasse aux franponais devient même un passe-temps, un hobby.

Mais qu’est ce que le franponais ?

Pour être le plus précis possible dans la définition du franponais, disons qu’il s’agit de toutes les utilisations souvent loufoques et aventureuses du francais par les japonais. Ne nous le cachons pas, la langue française garde toujours cette image de luxe, de chic, d’élégance et de romantisme dans l’imaginaire des japonais, si bien que l’on n’hésite désormais plus à utiliser cette version torturée de la langue de molière à des fins commerciales.
Que ce soit pour les boulangeries, les restaurants, les magasins de prêts à porter et même directement sur les fringues, tous les moyens sont bon pour profiter du cachet de la french touch à la japonaise.
Mais, car il y a un mais, l’utilisation souvent hasardeuse du français donne lieu à des contre-sens sémantiques souvent hilarant (voir affligeant pour certaines personnes) pour les francophones à Tokyo.

Personne ne connais réellement comment se passe la création d’un franponais, mais on peut imaginer le patron d’un restaurant ou encore le responsable marketing d’une franchise ouvrir un petit Larousse au hasard, et prendre une succession de mot sans réel rapport les uns avec les autres.
Autre interprétation possible du phénomène, la différence linguistique. Alors que le japonais est une langue agglutinante ou les mots et les termes grammaticaux peuvent aisément s’assembler, le français possèdent au contraire une conjugaison complexe qui rend le pifomètre linguistique risqué.

Voici un florilège des plus surprenants:

Le cas classique de pifomètre linguistique, mais c’est cool, c’est en français, c’est bien ça le principal.


Transposition direct du mot français à partir de la lecture japonaise, un grand classique aussi

Rayon homme d’une célèbre boutique de prêt à porter de Tokyo

Mon préféré, absolument inexplicable !

Publicité pour des cours de cuisine à domicile

Incroyable n’est-ce pas ?
N’hésitez pas à partager également vos plus beaux franponais directement sur le facebook d’Ecole-Tokyo
A vous de jouer !

Conseil lecture:
Pour tous les amateurs de franponais débutants comme confirmés, je ne peux que chaudement vous recommander la lecture de l’excellente compilation de Florent Gorges: « L’Anthologie du franponais », à dévorer sans modération.

Ce contenu a été publié dans Insolite, Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>